blog proposé par Guy Barrier

blog proposé par Guy Barrier
Guy Barrier, expert en communication non verbale - publications et activités: pointer la photo

mardi 26 février 2013

une gestuelle de négociation presque martiale



Non, ce jeune homme de bonne famille ne fait pas un doigt d'honneur : il s'agit d'un de ces opérateurs  boursiers du  Palais Brogniart  parisien, qui exerçaient il y a quelques années  au sein des espaces de négociation  des  marchés financiers , avant  la numérisation des transactions.  Dans le fonctionnement de cet ancien système d'information, les ordres des clients  sont transmis au courtier de leur banque , présent sur place  . Ce dernier transmet les fiches d'ordres à exécuter, vers les négociateurs groupés sur le parquet . Ces "négos"   dialoguent donc  à la criée avec d'autres golden boys pour finaliser les transactions : les offres et demandes orales sont accompagnés d'une gestuelle précise qui renforce les messages oraux et exprime de nombreuses  modalités de manière.

L'ambiance étant à la surchauffe permanente, les mots seuls seraient  source de confusion sans le secours de cette syntaxe gestuelle à distance mais très distincte, qui permet de surmonter le bruit . Un système de codage fin,  dans lequel on trouve des  signes analogiques . Par exemple dans cet extrait de  reportage réalisé par MATIF Formation, on verra des gestes métaphoriques qui signifient : je réfléchis, je répète, petite quantité, important, comment se fait-il ? plus rien ne va , etc...

Par sa morphologie et sa dextérité, la gestuelle pourrait faire penser , mais en apparence seulement, à la langue des signes des malentendants : points d’appuis frontaux (pour être visibles les chiffres sont réalisés au dessus des épaules, au niveau du front ou au sommet de la tête), orientations de la paume ( lorsqu’on vend, la main est tournée vers l’extérieur, lorsqu’on achète on l’oriente vers soi)... Le doigté doit être aussi agile que celui des malentendants , aucune erreur de signalétique ne devrait interférer.

video

Constamment sous pression et souvent sujets à des  troubles somatiques, ces jeunes opérateurs au mental d'acier, doivent maintenir une concentration visuelle et auditive exceptionnelle, pour savoir au milieu de la cohue qui achète ou vend telle action et en quelle quantité, afin de réagir rapidement... et parfois  à l’insu d’autres investisseurs présents sur le parquet. Certains codes gestuels secrets communs à tel groupe de traders empêchent leurs concurrents d'intercepter au bond des messages et de leur ravir une opportunité.

Aujourd'hui ce langage gestuel original et très élaboré,  n'a pas entièrement disparu ; des variantes semblent encore pratiquées sur certains marchés asiatiques ,  et sur certains marché dérivés américains. Malgré son intérêt sémiologique on ne recense aucune étude à ce sujet, mais dans un genre différent une série télévisée a été réalisée pour Canal plus avec des acteurs formés à la gestuelle. Une réalisation qui aura eu au moins pour mérite d'archiver pour la postérité ce langage singulier et dont les premiers fondateurs , peut être  inspirés par l'American Sign Language, sont méconnus  (il s'agit du film Scalp  , réalisé par Xavier Durringer avec un ancien négociateur du Palais Brogniart à Paris).